La biodégradabilité des leurres

Qui n'a jamais trouvé un vieux leurre tout pourri au bord de l'eau ?

Après des mois de recherche et de travail, nous vous présentons aujourd'hui Pyrénées Leurres&Co. Nous sommes la première entreprise à proposer des leurres durs en résine d’origine naturelle et biodégradable. Ils sont donc plus respectueux de la nature, de la faune et de la flore. Par cette démarche, nous souhaitons faire prendre conscience aux pêcheurs de l'aspect environnemental de notre loisir, ainsi que de la pression sur les milieux aquatique qu'entraine la pêche récréative. En tant que sentinelle des milieux aquatiques, nous nous devons d'agir pour protéger ce qui peut encore l'être, et cela passe par des petits gestes de chacun. 
 
La résine des leurres est biosourcée, c’est-à-dire qu’elle est composée en majorité de plante, principalement d'amidon de maïs (plus de 60%). Mais pas que, environ 30% relève du domaine de la chimie. La molécule qui en résulte est de type PLA : c'est l'acide polylactique (nom assez barbare d'ailleurs, mais sans danger).
 

La biodégradation intervient lorsque le leurre est perdu et qu’il est sans cesse altéré par les éléments naturels et dégradé par les organismes vivants comme les bactéries. Cela ne signifie pas qu’il va disparaitre en quelques semaines ! Le processus sera très long : entre 6 et 50 ans en fonction de l'environnement. Par exemple, plus le secteur sera chaud et humide et plus la biodégradation sera rapide, car ce sont des conditions propices aux développements des bactéries. Ce n’est pas une peau de banane ! Et c'est pour cela qu'il ne faut pas jeter les leurres dans la nature s'ils ne sont plus utilisés.

 

Du fait de sa composition verte, la résine reste très peu nocive comparé aux résines utilisées actuellement dans le monde de la pêche. Elle n’est pas classifiée comme substance dangereuse pour l’environnement, que ce soit sous sa forme solide et liquide. De plus, elle correspond à la norme EN71-3 qui est l'usage pour les nourrissons : la norme la plus stricte en matière de sécurité et de toxicité.

Au niveau de la peinture, nous utilisons seulement de l'acrylique (dilution à l'eau) fabriquée en Espagne permettant ainsi de minimiser l'impact sur l'environnement en comparaison d'une peinture solvantée qui utilise des agents chimiques à base d'alcool très volatiles.

Enfin, la résine est certifiée REACH et RoHS qui autorisent l'emploi en EU et certifient l'utilisation de produits réglementés : 

- REACH («Registration, Evaluation and Authorisation of Chemicals») est un règlement de l'Union européenne qui vise à mieux protéger la santé humaine et l'environnement contre les risques liés aux substances chimiques. Pour être certifié REACH, les entreprises doivent prouver que la substance chimique peut être utilisé en toute sécurité.

 - RoHS («Restriction of the use of certain Hazardous Substances in electrical and electronic equipment») est une directive européenne utilisée dans les industries électriques et électroniques, visant à protéger les hommes ainsi que l'environnement des substances chimiques dangereuses. Elle limite l'utilisation de 6 substances à hauteur de 0,1% par unité de poids de matériau homogène : le plomb, le mercure, le cadmium, le chrome exavalent, les polybromobiphényles et les polybromodiphényléther.

Remarque : la grande majorité des leurres en résine utilisés aujourd'hui sont à base de résine type époxy (ou similaire) ce qui entraine lors de la dégradation une grande toxicité du milieu (libération d'agents chimiques). De plus, la durée de vie de ce type de molécule dans la nature est de plusieurs centaines d'année ce qui n'est pas négligeable.